réflexions de sacoches


Main

Accueil
Mon Profil
Archives
Amis

Categories


Liens

À partir de quand considère t'on la rupture comme inévitable????

Étant une grande fan de SEX AND THE CITY, je me permet de jouer à Carrie Bradshaw et de me poser des question sur la vie amoureuse. Comme à chaque début d'émission, mes journées commencent inévitablement par une série de questions au sujet de ma vie amoureuse. Jusqu'où endure t'on les problèmes? Est ce qu'on s'aime pour les bonnes raisons? Ne suis je qu'une pathétique dépendante affective? Serait il le père idéal pour mes futurs enfants( considérant que j'en veuille vraiment)????

 

J'ai l'impression de vivre le jour de la marmotte. Je me dis toujours que ça va s'arranger, que nos problèmes sont temporaires ect...

Sauf que le cercle vicieux dans lequel je suis empètrée est fort, très fort.

Le problème n'est pas de vivre des problèmes de couple, je sais bien qu'ils sont un peu incontournables, mais de vivre toujours les mêmes problèmes et de toujours douter de la sincerité de notre amour. Je me demande constamment si je ne me fais pas un peu manipuler. Je commence à être incapable d'éprouver de l'empathie envers mon chum. Je doute de lui et de ses intentions.

 

Je m'explique.

 

Il y a déja quelque temps, mon homme s'est mis à redouter mes rendez vous hebdomadaires avec ma chum. Ses explications un peu saugrenues m'ont un peu mise en rogne. La première était que messieur avait peur que j'aspire à devenir comme elle( l'excuse classique et stupide par excellence). ''C'est ça, tu veux être célibataire et tripper comme elle, bla,bla bla...''.

Pas besoin de spécifier que messieur se tient avec des machines à baiser( mais les gars, c'est pas pareil, un célibataire peut bien baiser 52 filles dans la même semaine et être un gars correct. Les filles qui baisent avec plus de 2 gars par années sont des salopes. C'est bien connu non???)

J'ai donc chercher à connaitre le fond du malaise. J'ai travaillé fort afin de lui sortir les vers du nez. Après une dispute assez explosive, je réussi à lui faire dire que ma chum a supposement parlé contre lui devant des amis communs dont il a évidemment tait les noms. Je tente donc d'aller au fond de l'histoire et je confronte ma chum avec cette histoire. Elle est dévastée, cherche tant bien que mal à trouver la situation où ses paroles auraient pu être mal interprétées. Il serait peut-être interessant pour vous de savoir que cette personne n'a en général pas un penchant particulier pour la médisance gratuite. Chose que je ne peux confirmer chez mon chum, qui prend un malin plaisir à juger les gens qui l'entourent.

 

Je confronte donc à nouveau mon chum et lui demande des noms. Refus absolu. Il a même explosé de rage et refusé catégoriquement de me parler. Je suis celle à blamer pour oser prendre la défense de ''cette vidange'', selon ses dires. Il protège donc des inconnus qui tentent de mettre la bisbille entre nous ou il a tout simplement inventé cette histoire afin de m'éloigner de mon amie. Il est vrai qu'il est beaucoup plus facile de manipuler une fille seule au monde, qu'une fille bien entourée. Le pire est que je me demande s'il ne fait pas de la projection car jamais ma chum à tenter de me convaincre de le laisser ou m'a fait sentir qu'elle voyait cette relation d'un mauvais oeil. Il le fait face à elle et son argument est qu'elle le fait face à lui. Putain de merde. Je suis supposée faire quoi la???

 

Pour ceux qui ont lu les autres blogs de cette série,les problèmes d'argent ssont toujours un sujet de dispute assez courrant. Quelle conne je fais, n'est ce pas???

Dois je ajouter que ma libido est pratiquement à zéro? Et qu'à 33 ans, je ne suis pas sure du tout que j'ai envie d'avoir des enfants.

Qu'est ce qui me tient dans cette relation? Je ne le sais vraiment plus. Les ''Je t'aime'' et les ''Tu es tellement belle'' ne suffisent plus. J'ai besoin de sentir quelque chose de vrai. Je n'ai plus besoin d'arguments de ventes( Vous ai-je dis que mon chum est vendeur? Je crois qu'il s'est beaucoup pratiqué sur moi en fait...).

 

Je veux du concret. Je veux un homme, un vrai, du genre qui peut tenir un marteau et payer la note au resto. Un homme qui a envie de construire au lieu de détruire.

Y en a tu encore de ça, OSTIE!!!


Posté à: 01:31, 28/05/2008
commentaires (0) | Lien

Une relation à tout prix???

Il y a de ces femmes qui existent à travers l'amour ou du moins selon la conception qu'elles en ont. Il y a de ces gens pour qui, au contraire, la montagne russe dans laquelle nos sentiments sont transportés au sein d'une relation est trop insupportable. Pour ce deuxième cas on parle de ceux qui 'ont peur de s'engager'.

 

Mais parlons plutot de ce que certain décrivent comme de la dépendance affective. À partir de quand peut-on constater que nous sommes des drogués de l'amour? À partir de quand les conflits habituels reliés à la vie de couple deviennent des signes d'acharnements? Et surtout, comment écouter vraiment son coeur sans tomber dans la naiveté stupide des contes pour enfants?

 

On m'a souvent dit que, pour durer, un couple doit avoir des projets communs. Peut-être que c'est là que le bat blesse dans mon cas. Le concret ne s'accorde pas avec les paroles. J'ai l'impression de courir après la carotte accrochée au bout du baton. On projette de faire un voyage? l'argent qui y était destiné sera dépensé ailleurs. On veut s'acheter un condo? J'ai de la misère à collecter mon homme pour un simple compte.(sujet de chicane et de frustration #1).

Car oui, sujet platte mais oh combien important, l'argent commence à être un sérieux tueur d'amour chez moi. Je m'explique avant que vous me voyez comme une vulgaire matérialiste en quète du gros compte en banque.

J'ai connu mon homme alors qu'il travaillait au sein d'une compagnie qui lui donnait environ 25 heures semaine car il était nouveau. Pas besoin de vous dire qu'il ne roulait pas sur l'or. À cette époque je faisais assez d'argent pour subvenir à nos besoins, ce que je fis, croyant que cette situation serait temporaire. Je me disais alors qu'il était normal que je paie plus si je faisais plus d'argent que lui. Cette situation n'a pas semblé le dérangé puisqu'il ne faisais aucun effort pour se trouver un deuxième emploi et il ne manquais pas de me dire qu'un jour nous serions bien, qu'il aurait un bon poste et que ce sera son tour. J'ai changé d'emploi et j'ai subi une baisse de salaire assez drastique. Mon homme ne s'alarmait pas , et pire, continuait à se fier sur moi pour payer les courses et les comptes qu'il m'aidait à payer au compte goutte. Sauf que je faisais maintenant le même salaire que lui.

Cela fait maintenant 5 ans que je suis avec lui et depuis il à vogué d'un job à l'autre jusqu'à son emploi qu'il occupe maintenant et qui est plus payant que le mien. Hé bien c'est encore comme si je devais lui quêter l'argent pour payer les comptes, il a toujours autre chose à payer, il oubli sa carte de guichet quand on va au restaurant ect...

J'ai comme la légère impression de me faire fourrer.

Et je trouve dommage que ces questions monétaires remettent sérieusement en doute mes sentiments envers lui. Car comment esperer avoir des projets si cette dynamique semble installée pour y rester? Comment avoir un sentiment de confiance envers mon partenaire de vie si j'ai toujours l'impression de me faire 'crosser'?

Et croyez moi, la discussion monétaire revient souvent mais rien ne change. J'ai récemment vécu d'espoir avec son nouvel emploi et le voyage qu'on était censé faire et tout. Je croyait naivement que la balle était maintenant dans son camp. Surtout que ce serait le timing idéal pour me montrer ses bonnes volontées maintenant qu'il fait plus d'argent que moi. Mais devinez qui a payer le dernier resto?

 

Le plus tordu dans tout ça c'est qu'au lieu de mettre un dépot sur notre supposé voyage, monsieur a dit(et c'est pas fait) qu'il était aller m'acheter un gros cadeau pour ma fête(qui n'est pas le voyage convenu). Comme ça il va pouvoir faire étalage de sa générosité envers tout nos proches. Ça me fait une belle jambe de ne pas pouvoir payer visa parce que monsieur a dépensé sa paye sur mon prochain cadeau. Et dans sa belle démonstration d'homme généreux, personne ne saura que j'ai flambé mon retour d'impot de 1600 $ avant ce nouvel emploi pour payer tout les comptes et tout.

 

Alors, pour revenir au sujet de la dépendance affective, suis je sérieusement atteinte pour endurer tout ça encore? Mon homme est pleins de qualités mais le sujet monétaire prends maintenant beaucoup de place. Je suis très frustrée et insécure sur notre avenir. J'espère toujours que ça va changer. Mais ne vous ai-je pas dit que je suis d'une naiveté sans nom?

 

Des fois je me dis que je ne l'aime plus. Mais je n'ai pas le courage de recommencer tout ça avec un autre.Je n'ai pas le courage de foutre 5 ans de ma vie en l'air. Je sais bien que l'herbe n'est pas toujours plus verte chez le voisin. Mais je me demande si il n'y a pas trop de mauvaises herbes sur mon terrain.

 

 


Posté à: 11:47, 8/08/2007
commentaires (2) | Lien

le combat entre le coeur et la raison

J'ai passé la soirée avec mon amant platonique. J'ai pensé à lui toute la semaine et 'pouf' il apparait. Plus le temps avance et pire c'est. J'espère par moment que mes lubies d'adolescente attardée me donne un répit, qu'elles s'enfouissent loin, là ou mon coeur ne subiraient plus les soubressauts de mes pensées qui s'affolent comme une girouette.

 

Le plus dur c'est la culpabilité qui m'assaille de plus en plus. Suis je vraiment assez menteuse pour me mentir à moi même? Ne fais je pas plus de mal que de bien à ces deux hommes entre qui mon coeur balance? Je ne veux ni blesser l'homme avec qui je partage ma vie depuis si longtemps, ni créer d'attentes inutiles à celui qui meuble mes fantasme et surtout je me retient de faire un move par peur. Peur de me tromper, peur d'être jugée, peur de blesser, peur de regretter.

 

La seule penser qui arrive à me consoler est celle du destin. Je me dis que la vie s'arragera bien pour nous réunnir si ce doit être ainsi. Que je resterai fidèle à mon homme car je serai peut-être un jour récompensée d'avoir été forte. Mais la question reste. Mon coeur ne voit que l'autre, je ne pense qu'a lui, j'ai envie de l'accompagner, de marcher à ses cotés. Mais pourquoi? Serais-je vraiment plus heureuse? Mon homme est pourtant pourvu de qualités indispensables à mes yeux. Il mérite d'être le centre de mon attention. Pourquoi l'autre lui vole t'il la vedette? Y a t'il une reconnaissance d'âme entre nous?

 

Ce serait tellement plus simple si mon homme était un trou de cul. Je pourrais le tasser de ma vie et aller voir ce qui se passe derrière cette passion qui me dévore. Mais je n'irai point. Tant que mon homme sera dans ma vie, ma relation avec l'autre restera platonique. Mais tant que ce faux amant me visitera, je ne me guérirai pas de lui. J'ai peur pour moi et pour eux. J'ai peur de demain, peur de me renier, peur de manquer le bateau.

 

C'est facile à dire de suivre son coeur. Mais les chemins qu'il emprunte sont parfois difficilles à suivre.

 

Y a de ces moments ou on voudrait une réponse.

 

Alors, lequel est vraiment l'homme de ma vie??????


Posté à: 03:34, 18/03/2007
commentaires (0) | Lien

l'insoutenable légereté de l'amour

Pour ce premier billet, je m'aventure dans un sujet qui semblera léger. Pour ce premier billet, je parlerai de mes tourments amoureux. Mais même si le sujet semble léger, l'amour n'est-il pas le sujet #1 de la lourdeur nos tourments?

 

Alors, ma question est: l'infidélité affective est-elle une vrai infidélité?

 

Je m'explique. Ayant traversé quelques difficultés avec mon conjoint voila déja quelques mois, les yeux de mon coeur ont commencé à regarder ailleurs. Une nouvelle chimie traversais mon corps. Le coeur battant, j'attendais avec impatience un regard, un sourire et encore mieux, une conversation prolongée avec mon "amant" platonique. Je doutais de mon couple mais ne voulais en aucun cas tromper mon homme. J'ai lancé des alarmes, je me suis donnée un temps limite et il a compris. Mon homme est maintenant l'homme parfait. Mais, sournoisement, j'ai laisser dans mon coeur une place à l'autre et je suis incapable de m'en débarasser.

J'ai toujours l"intention de garder mes principes intacts mais je ne peux m'empêcher de rêver à lui, d'espèrer de le voir encore, de lui sourire, de lui parler. Je me sens horriblement coupable envers mon homme car je détesterais qu'il nourisse de telles pensées envers une autre femme. Mais je me retrouve coupée du monde quand je suis aux cotés de mon amant platonique. 

 

Je laisse donc le temps arranger les choses. Le problème c'est que je sens bien que ce sentiment qui m'envahie n'est pas à sens unique. Je sais bien qu'il nourrit ses sentiments envers moi même en sachant que je suis déja engagée. Que cherche t-il donc alors. Une maitresse qui ne saurait être envahissante? un rêve amoureux qui ne l'engage à rien? Un simple défi?

 

J'ai fait un rêve hier soir qui me donne peut-être une réponse à mes tourments. Je buvais un verre d'eau limpide ou se trouvait un minuscule vers, flottant à la surface. J'enlève le vers sans le tuer et je continue à boire mon eau. Ce vers disparait quelques minutes et quand je le revois il est 3 x plus gros. Je ne le tue toujours pas.À chaque fois que je revois ce vers il grossis de plus en plus mais je suis maintenant incapable de le tuer et je regrette de ne l'avoir fait lorsqu'il étais dans mon verre d'eau. À la fin il est devenu un monstre rampant dans les murs de ma maison.

 

J'aurais peut-être du tuer au tout début mais voila, mes sentiments sont maintenant envahie par quelqu'un qui ne m'apporterais probablement que de peines. Mon homme est tout ce qu'une femme peut rêver et je sais pertinement que nous saurons être heureux ensemble. Mais je ne peux m'empêcher de croire que si je ressens des sentiments aussi forts, peut-être suis je victime d'un coup de foudre, que je passe peut-être à coté d'un amour plus grand que nature.

 

Les grandes histoires d'amours ne sont-elles pas souvent construites autour de l'innaccessibilité et de grandes difficultés? Je souhaite simplement, dans mon grand égoisme, que s'il advenait un échec entre moi et mon homme, que mon amant platonique m'attendrais encore. Mais c'est d'un égoisme sans nom. De plus, je ne provoquerai pas cet échec avec mon homme. Car je l'aime même si je ne l'aime pas de la bonne façon direz-vous.

 

La légèreté dans tous ça? J'ai le coeur léger quand je ne le vois pas et que je peux concentrer toute mon attention sur mon homme.

J'ai le coeur léger quand je le vois, qu'il me souris et quand je me sens envelloppée dans sa bulle.

 

C'est définitivement insoutenable.


Posté à: 19:53, 4/02/2007
commentaires (1) | Lien